ActualitésAfriqueInternational

Tunisie/ FMI : Vers un accord définitif «au début de l’année 2023»

La Tunisie devrait parvenir à un accord définitif avec le Fonds Monétaire International (FMI), au début de l’année 2023, a annoncé la ministre des Finances, Sihem Boughdiri Nemsia. «Le gouvernement est en train d’introduire certaines améliorations et de faire le nécessaire pour répondre aux exigences, dont la loi de finances 2023, inscrite dans le cadre de l’accord initial avec le FMI», a fait savoir la ministre tunisienne, précisant que l’examen du FMI sera entamé au cours des prochains jours.

Le 14 décembre, le Conseil d’administration du FMI avait reporté l’examen et l’approbation de la Facilité élargie de crédit pour la Tunisie, prévue initialement le 19 décembre 2022. Plusieurs conditions doivent être accomplies afin de parvenir à un accord avec le FMI, dont la réforme de la loi régissant les entreprises publiques, a fait valoir la responsable.

«Fragilités structurelles» de l’économie tunisienne

En octobre dernier, le FMI a fait savoir être parvenu avec les autorités tunisiennes à un accord au niveau des services sur les politiques et réformes économiques qui seraient appuyées par un nouvel accord de 48 mois au titre du mécanisme élargi de crédit (MEDC), pour lequel un accès de 1,9 milliard de dollars est sollicité. Selon le FMI, la dégradation de la conjoncture internationale et la flambée des prix des produits de base à l’échelle mondiale « pèsent lourdement sur l’économie tunisienne », ajoutant aux fragilités structurelles sous-jacentes dans un contexte socio-économique difficile. L’institution prévoit que la croissance devrait ralentir à court terme, tandis que la hausse des cours internationaux des produits de base exercera des pressions sur l’inflation ainsi que sur les soldes extérieur et budgétaire. En septembre, la Banque mondiale (BM) notait qu’une lente reprise économique post-COVID et des retards dans la mise en œuvre de réformes essentielles, y compris en matière de subventions, risquaient de grever encore davantage des finances publiques de la Tunisie déjà sous tension et de creuser les déficits budgétaire et commercial. « Au moment même où son économie commençait à reprendre vigueur après la crise de la COVID-19, la Tunisie a été confrontée au double défi de la montée des prix des produits de base et de la guerre en Ukraine, qui a provoqué de très fortes tensions sur les approvisionnements mondiaux en blé et en énergie, explique Alexandre Arrobbio, responsable des opérations de la Banque mondiale pour la Tunisie. La BM a approuvé en mares dernier un financement supplémentaire de 400 millions de dollars au titre du Projet de réponse d’urgence COVID-19 pour la protection sociale en Tunisie qui vise à aider plus de 900 000 ménages tunisiens en situation de vulnérabilité à surmonter les répercussions sanitaires et économiques de la pandémie.

Algérie Invest 

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité