ActualitésAfriqueInternationalNationale

S.E Nguyen Thanh Vinh, Ambassadeur du Vietnam en Algérie: «L’Algérie est l’un des partenaires africains les plus importants du Vietnam»

S.E.M Ambassadeur du Vietnam en Algérie, Nguyen Thanh Vinh,  est revenu, au cours de cette interview exclusive accordée à ALGERIEINVEST sur les relations économiques et commerciales, les investissements, les avantages mise en place par le gouvernement vietnamien pour attirer  les investisseurs algériens,  le grand potentiel d’échange et de coopération entre les deux pays dans tous les domaines Interview.

Propos recueillis par : Youcef MAALLEMI

ALGERIEINVEST : Excellence, pour commencer notre entretien, pouvez-vous nous parler brièvement sur les relations historique entre nos deux pays ?

S.E.M Nguyen Thanh Vinh : Bien que le Vietnam et l’Algérie soient géographiquement éloignés, ils entretiennent des relations de longue date, notamment dans le processus de lutte conjointe contre le colonialisme pour conquérir et protéger l’indépendance nationale de chaque pays. En 1958, le Vietnam a reconnu et a fortement soutenu le nouveau gouvernement révolutionnaire provisoire d’Algérie. Le 28 octobre 1962, après l’indépendance de l’Algérie, le Vietnam et l’Algérie ont officiellement établi des relations diplomatiques. L’ambassade du Vietnam en Algérie est ouverte en 1962, soit la première mission diplomatique du Vietnam établie en Afrique. En avril 1968, l’Algérie ouvre une ambassade à Hanoï. Depuis lors, les relations entre le Vietnam et l’Algérie n’ont cessé de se consolider et de se développer. Sur cette base historique, le Vietnam et l’Algérie entretiennent des relations d’amitié traditionnelle.

Pouvez-vous nous adresser votre bilan depuis votre nomination à l’Ambassade du Vietnam en Algérie? Et quelles sont vos priorités ? 

J’ai eu la chance de venir assumer mes fonctions en Algérie au moment où l’Algérie avait organisé ses élections présidentielles élisant le nouveau président de la République Abdelmadjid Tebboune. Sur la base d’une compréhension claire des aspirations du peuple algérien, le président Tebboune a introduit une série de réformes radicales et drastiques visant à construire une Algérie nouvelle qui rompt complètement avec les habitudes et pratiques passées et se concentre sur le bien-être du peuple. Je crois qu’avec un pays riche en potentiel et géographiquement favorable, le gouvernement et le peuple algériens réaliseront d’importants progrès dans la réforme actuelle du pays. Peu après mon arrivée à Alger, j’ai eu l’occasion de présenter au président Abdelmadjid Tebboune mes lettres de créances par le président vietnamien Nguyen Phu Trong, et d’avoir ensuite des audiences avec les responsables de certains ministères, organisations ainsi que d’autres rencontres avec plusieurs algériens. Au cours de ces rencontres, j’étais très impressionné par les sentiments proches que le peuple algérien réserve au peuple vietnamien. Je trouve que l’histoire du développement politique, économique et social de l’Algérie et du Vietnam partage plusieurs similitudes. Je vois aussi le grand potentiel d’échange et de coopération entre les deux pays dans tous les domaines. La question qui se pose actuellement est comment faire pour que les dirigeants, les entreprises et la population de chacune de nos pays comprennent les avantages et les besoins de chaque partie afin de trouver des formes de coopération appropriées pour que les deux parties puissent en profiter et bénéficier. Toutefois, je dois préciser que les mesures nécessaires prises pour endiguer l’épidémie du coronavirus telles que la distanciation sociale, la restriction des rassemblements et le confinement ne m’ont pas permis de rencontrer et de contacter les ministères, les localités ainsi que toutes les classes sociales en Algérie comme prévu, et c’est également le cas de tous les diplomates même dans d’autres pays. 

Mes priorités dans la période à venir sont en premier lieu de renforcer l’échange et la fourniture d’informations sur la situation politique, économique, sociale et culturelle de chaque pays pour que les ministères, secteurs, localités, populations et entreprises des deux pays comprennent davantage les potentiels et les avantages de chaque pays, créant ainsi les opportunités de coopération, d’affaires et d’investissement entre les deux parties; de promouvoir l’échange de délégations, en particulier les délégations de haut rang et les contacts directs entre les ministères, les secteurs et les localités des deux pays pour échanger les opportunités de coopération, partager des expériences sur des sujets d’intérêt commun, notamment ceux dans les domaines tels que le développement économique, l’intégration économique internationale, la prévention et la lutte contre le terrorisme; d’améliorer des formes de communication et d’interaction entre les ministères, les entreprises, les chercheurs et les scientifiques, les étudiants dans les domaines de l’économie, de la culture, de la science et de la technologie, des sports, du tourisme et de la santé;  d’exhorter aussi les ministères et organes concernés des deux parties à renforcer les échanges, les discussions et à signer des accords de coopération dans les domaines tels que l’économie, le commerce, l’investissement, la science et la technologie, l’agriculture, le transport, la banque, la culture et le tourisme, visant à créer un cadre juridique de coopération et d’échange entre les deux pays dans ces domaines. 

Actuellement, dans le contexte de la pandémie avec des développements nouveaux et compliqués, les activités de promotion commerciale directe et les échanges de délégations sont restreintes, les visio-conférences sont donc organisées en vue de renforcer les contacts entre les entreprises de deux pays.

Quel est le montant des exportations vietnamienne vers l’Algérie et vice-versa ? Les relations économiques et commerciales entre les deux pays ne datent pas d’aujourd’hui, comment qualifiez-vous ces relations ?

Sur le plan économique, actuellement, l’Algérie est classée quatrième importateur du Vietnam en Afrique et est devenue l’un des partenaires africains les plus importants du Vietnam. En 2020, selon les statistiques douanières du Vietnam, les échanges commerciaux entre les deux pays étaient de 148 millions de USD. Nous encourageons des entreprises des deux pays à augmenter les échanges commerciaux bilatéraux visant l’objectif d’un milliard de USD dans le temps à venir, comme convenu par les Premiers Ministres des deux pays en 2015.

Dans le domaine des investissements, le Vietnam et l’Algérie ont déployé d’énormes efforts pour développer leur coopération, particulièrement dans l’exploration et l’exploitation du gaz et du pétrole. Les deux pays ont entrepris ensemble des investissements de plus d’un milliard de USD dans le projet commun d’exploitation de pétrole au gisement de Bir Seba, dans la wilaya d’Ouargla, dans le sud de l’Algérie. Ce projet a commencé à produire du pétrole en 2015 avec une capacité de production de 18.000 barils par jour. À l’heure actuelle, les parties procèdent à d’autres investissements visant à doubler la production du projet.

Sur le plan de la coopération dans le domaine du travail, les ouvriers vietnamiens sont bien appréciés en matière de qualification professionnelle et d’assiduité. Le nombre de travailleurs vietnamiens en mission contractuelle dans des projets de tiers pays sur le sol algérien s’est rapidement accru depuis 2014 pour atteindre environ 1000 personnes à l’heure actuelle. Les ouvriers vietnamiens travaillent dans des projets de construction japonais et chinois sur le sol algérien. Les deux pays examinent, pour signature, un mémorandum sur la coopération dans le domaine du travail.

Toutefois, les relations économiques Vietnamo-Algériennes qui ont connu un développement considérable ces derniers temps ne sont toujours pas encore à la hauteur des potentiels et des aspirations des dirigeants et peuples des deux pays. L’Algérie et le Vietnam offrent de grandes possibilités pour établir un partenariat de cette envergure, qui mènera à la conquête d’autres marchés en Afrique, en Asie et dans d’autres parties du monde.

Il existe un certain nombre de raisons qui font que les relations bilatérales de commerce et d’investissement ne sont pas à la hauteur de l’attachement historique, culturel et politique entre les deux pays :

Premièrement, l’une des principales raisons est le problème du manque d’informations et de compréhension du marché dans chaque pays.  Comme vous savez, pour faire des affaires, des investissements, des voyages dans un autre pays, les entreprises ou les gens ont besoin d’informations et de renseignements sur les produits commerciaux, l’environnement des affaires, les conditions climatiques, la nature et ses habitants, l’histoire, la culture et les habitudes de consommation des populations dudit pays…

Deuxièmement, le contact direct et l’échange entre les ministères, les secteurs, les localités, les entreprises et les personnes dans chaque domaine n’a pas été établi ou n’a pas été entretenue de manière continue et étroite, ce qui fait que l’échange d’informations, la consultation, la mise en œuvre de plans et d’accords de coopération entre les deux parties ne sont toujours pas mis en œuvre efficacement.

Troisièmement, le manque d’un accord entre les deux pays pour encourager et protéger les intérêts légitimes des entreprises et des investisseurs dans chaque pays, ainsi que d’un mécanisme pour régler efficacement les différends économiques et commerciaux. À ma connaissance, l’établissement de tels accord bilatéral et mécanisme de règlement stimuleront des entreprises d’un pays de venir faire des affaires dans l’autre pays.

Vous venez de participer au forum AFIC7 qui s’est déroulé les 24 et 25 mai 2021 à l’hôtel Sheraton d’Alger, organisé par le Centre Arabo Africain de l’Investissement et de Développement (CAAID), que retenez-vous de cet événement ?

L’Ambassade a considéré le 7e Forum africain de l’investissement et du commerce (AFIC 2021) comme une opportunité pour apprendre davantage sur les partenaires commerciaux et d’investissement dans les régions Arabo-Africaines.

Le Vietnam attache une grande importance à la relation économique avec l’Afrique. Actuellement, le Vietnam entretient des relations commerciales avec tous les pays africains. En 2019, les échanges commerciaux entre le Vietnam et cette région ont atteint 7,4 milliards de dollars, ajoutant que les principaux partenaires commerciaux du Vietnam en Afrique étaient l’Afrique du Sud, l’Égypte, la Côte d’Ivoire, le Ghana, l’Algérie, le Maroc, le Nigéria, le Cameroun …

Environ 20 pays et territoires africains, notamment les Seychelles, Maurice, l’Angola, le Swaziland et le Kenya, ont investi au Vietnam, avec un capital total de 2,35 milliards d’USD. De son côté, le Vietnam a investi dans 12 pays africains avec un capital total de près de 3 milliards d’USD.

Lors du forum, de nombreux partenaires africains ont exprimé leur intérêt pour des produits agricoles vietnamiens et appelé le Vietnam à renforcer sa coopération avec les pays africains, en particulier dans la transformation, la fabrication et l’exploitation minière.

Dans le cadre du forum, nous avons ouvert un stand présentant des produits vietnamiens comme le riz, le café, le thé, le poivre et les câbles. De nombreux commerçants se sont renseignés sur les produits vietnamiens exposés. De 2014 à 2019, des entreprises vietnamiennes ont régulièrement participé à la Foire internationale d’Alger et des opérateurs algériens ont pris part au salon international Vietnam Expo avec la location de stands. Nous avons fait des efforts pour connecter activement les entreprises des deux pays afin d’échanger des opportunités de commerce, de coopération de travail et d’investissement.

Quels sont les avantages mis en place par le gouvernement vietnamien pour faciliter les démarches d’investissement aux investisseurs algériens ?

Le Vietnam est devenu une destination attractive pour de nombreux investisseurs étrangers avec un grand capital d’investissement étranger direct qui augmente fortement à côté de nombreux projets à grande échelle et de haute technologie. Le total du capital enregistré pour la période 2011-2020 a atteint plus de 278 milliards USD, le total du capital réalisé a atteint 152,3 milliards USD, en augmentation de près de 6,9% par an, soit 22,8% du total du capital d’investissement social. Les investisseurs algériens peuvent facilement trouver l’environnement fructueux au Vietnam pour les raisons suivantes :

 (i) La stabilité sociopolitique au Vietnam a créé une forte confiance auprès des investisseurs nationaux et étrangers. Les capitaux d’investissement étrangers ont augmenté régulièrement ces dernières années, passant de 18,59 milliards USD en 2010 à 38,02 milliards USD en 2019.

(ii) L’environnement des investissements, des affaires et de la production au Vietnam s’améliore de plus en plus. Au cours de la décennie 2010-2019, la croissance économique a été en moyenne de 6,3%, soit le taux de croissance économique le plus élevé au monde. Le taux d’inflation a été à un niveau bas, la balance commerciale s’est évaluée dans le sens de l’excédent et le chiffre d’affaires annuel des importations et des exportations a fortement augmenté (en 2019, il a atteint 517 milliards USD). Les réserves nationales de devises augmentent, la dette publique diminue rapidement (soit 56,1% du PIB en 2019), la productivité du travail continue d’augmenter, la compétitivité du Vietnam s’améliore de plus en plus dans le classement du Forum économique mondial (en 2019 au 67e rang sur 141 pays et territoires). Par conséquent, ces dernières années, le Vietnam a fait des percées dans l’attraction des capitaux d’investissement étrangers.

(iii) Le système juridique du Vietnam est de plus en plus perfectionné. Le système juridique du Vietnam est constamment amélioré. Le système juridique et les politiques économiques ont été construits de manière relativement synchrone, conformément à l’économie de marché à orientation socialiste.

(iv) Les infrastructures s’élargissent de jour en jour. Système de zones industriels, économiques et de lieux de commerce international. Selon les statistiques, en juin 2019, l’ensemble du pays compte actuellement plus de 326 zones industrielles et 17 zones économiques côtières. Le système de transport routier est modernisé, élargi et nouvellement construit pour faciliter les échanges entre les provinces, les villes et les régions économiques. La circulation des marchandises et des matériaux est également rapide et efficace.

 (v) La qualité des ressources humaines est de plus en plus améliorée. Avec près de 100 millions d’habitants, la population du Vietnam est dans la période dorée, la population active représente une proportion élevée de la population totale (plus de 50%), le taux de croissance démographique moyen dans la période actuelle est d’environ 1,33%. Des ressources humaines jeunes ont des atouts tels que bonne santé, dynamisme, acquisition rapide des nouvelles technologies, mobilité aisée. La qualité des ressources humaines du Vietnam est de plus en plus améliorée grâce à l’intérêt du gouvernement sur l’investissement dans l’éducation publique. Les employés sont bien éduqués, ce qui a contribué à accroître la productivité du travail au Vietnam. Ainsi, on peut voir que les ressources humaines du Vietnam peuvent désormais apporter des avantages compétitifs dans l’attraction des investissements étrangers.

(vi) Le Vietnam participe aux nombreux accords commerciaux bilatéraux et multilatéraux. L’intégration plus profonde avec la plus grande ouverture de l’économie aidera l’économie vietnamienne à se redresser rapidement après la pandémie. Les entreprises algériennes gagneraient à investir au Vietnam, considéré comme une porte d’entrée aux marchés asiatiques notamment ceux des pays de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) de 650 millions de consommateurs.

Pour ces raisons, le Vietnam croit que si les entreprises algériennes investissent au Vietnam, ils pourront profiter de l’économie florissante. Afin d’atteindre ces objectifs, il faudrait que les deux parties perfectionnent le cadre juridique, accélèrent les activités de promotion du commerce, de l’investissement, appellent les entreprises des deux pays à participer plus activement aux événements économiques dans chaque pays respectif et ddiffusent les informations sur les cadres réglementaires du commerce, de l’investissement, des douanes et des finances et les opportunités d’affaires. Les Ministères, les Ambassades et les Chambres de Commerce et de l’Industrie des deux pays devraient continuer à jouer un rôle de premier rang en travaillant en étroite collaboration entre eux dans le cadre des accords signés qui les lient.

Forts des efforts communs des deux gouvernements et des communautés des entreprises, les liens économiques bilatéraux seront certainement portés à une nouvelle hauteur, correspondant aux belles relations politiques entre les deux pays.

Selon vous, dans quels domaines le Vietnam peut tirer profit de l’expertise algérienne ?

Pour moi, je trouve que l’infrastructure en Algérie est bien développée avec des routes, métro, autoroutes, système de gazoduc… Le taux des maux sociaux en Algérie est faible, démontrant le succès du système de sécurité algérien. L’Algérie est appréciée par des pays du monde entier pour sa capacité à lutter contre le terrorisme. Ceux sont de bonnes expériences auxquelles nombreux pays peuvent se référer.

Quels sont les domaines qui intéressent les investisseurs vietnamiens ?

L’Algérie est un marché très potentiel étant un pays riche en ressources naturelles et géographiquement favorable. Elle est aujourd’hui le plus grand pays de l’Afrique mais son Sahara reste encore inexploitée. De plus, l’Algérie se place parmi les pays à revenu intermédiaire, les algériens ont des habitudes de consommation élevée et voyagent beaucoup. Il s’agit d’un marché de plus de 45 millions d’habitants, une envergure assez grande par rapport aux autres pays d’Afrique. Par ailleurs, après son adhésion à la zone de libre-échange continentale africaine, le pays devient une plaque tournante de toute la région avec ses infrastructures avancées. En effet, l’Algérie ne cesse d’améliorer les milieux d’affaires et d’investissement, à savoir la suppression de la règle 51/49 % en juin dernier. Cet environnement d’affaires est intéressant pour des investisseurs vietnamiens.

Les entreprises vietnamiennes peuvent exporter des produits ménagers, des produits alimentaires, des produits de mode, des appareils électroniques en Algérie car ceux sont des domaines d’atouts du Vietnam. Le Vietnam a de nombreux grands groupes miniers qui peuvent coopérer avec l’Algérie si Algérie vise à promouvoir l’industrie minière hors pétrole et gaz. Dans les projets de mine, les entreprises vietnamiennes peuvent participer avec des joint-venture, ou de coopération avec des sous-contracteurs dans des projets en Algérie. Le Vietnam a une longue expérience dans le domaine de l’intensification agricole et de la transformation des produits agricoles, de sorte que les entreprises vietnamiennes peuvent être intéressées à investir dans la transformation des produits agricole en Algérie, particulièrement dans désert. Les entreprises vietnamiennes pourraient être intéressées à investir dans l’industrie de transformation des produits de la mer en Algérie en profitant de la bordures côtière.    

Y.M.

North Africa Energy & Hydrogen Exhibition and Conference
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité