ActualitésNationale

Les indices économiques du pays en amélioration : un taux de croissance de 3,4% attendu en 2022

Un taux de croissance de l’ordre de 3,4% en 2022, c’est le chiffre annoncé aujourd’hui par le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya à Oran, selon l’APS.

Pour Raouya, « l’Algérie a réussi à dépasser les répercussions de la crise sanitaire de la Covid-19 et les grands indices économiques sont en amélioration depuis le deuxième semestre de l’année 2021 ce qui permet de prévoir un taux de croissance de 3,4% pour l’exercice 2022 ».

En 2021 une hausse record du PIB, supérieure à 6% durant le 2ème et 3ème trimestres de la même année avait été enregistrée. Une hausse qui intervenait après une récession de -4,9% en 2020.

La reprise a été tirée par une croissance dans tous les secteurs, mais a été plus prononcée dans les hydrocarbures avec une valeur ajoutée sectorielle en hausse de 10,3% (-10,2% en 2020).

Pour 2022, des mesures prises par le l’Etat ont contribué efficacement à la hausse attendue de la croissance. « Les dispositions de l’Etat pour prendre en charge les répercussions de la crise sanitaire et amortir son impact sur l’économie et les institutions algériennes, dont le rééchelonnement des dettes des entreprises et l’octroi de diverses mesures incitatives», des mesures qui ont permis de contrôler la situation économique générale et préserver les grands équilibres dans le secteur financier, dont celui des assurances et réassurances, a précisé le ministre des finances.

Il a également mis en valeur les réformes économiques entreprises dernièrement en Algérie pour améliorer l’efficience économique et relever le taux de la croissance, à travers le soutien des exportations hors hydrocarbures et la révision du code de l’investissement, en abrogeant les obstacles bureaucratiques, la simplification des mesures et l’abandon de la règle 51/49 dans l’investissement dans la plupart des secteurs.

Il a également noté « le soutien de l’Etat, dans le cadre de ces réformes, au partenariat entre les secteurs public et privé et l’élargissement de l’utilisation des nouvelles technologies et la numérisation dans la gestion du secteur économique », soulignant que « les premiers résultats de ces réformes seront bientôt visibles ».

Le ministre des finances était présent à l’ouverture du 33ème Congrès de l’Union générale arabe des assurances (UGAA) au Centre des Conventions Mohamed Benahmed d’Oran.

Ce congrès est organisé conjointement par l’UAR (Union algérienne des sociétés d’assurance et de réassurance) et la GAIF (General arab insurance féderation). Il est placé sous le patronage du Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane.

APS et AI

North Africa Energy & Hydrogen Exhibition and Conference
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité