ActualitésNationale

L’Algérie importe 9 fois plus de poissons qu’elle n’en exporte

L’Algérie exporte une quantité dérisoire de poissons par rapport à ce qu’elle en importe, selon les données de 2019 rendues public aujourd’hui par l’Office nationale des statistiques (ONS).

L’importation de poissons et conserves demeure pratiquement stable avec 18 155 tonnes en 2019 contre 18 602,92 tonnes en 2018, soit une baisse de 2,4%. En valeur, la facture d’importation a représenté 45,93 millions de dollars dont 18,73 millions de dollars de poissons congelés et près 13 millions de dollars de poissons frais. Quant à la quantité exportée en 2019, elle a été divisée par deux, passant de 4 158,57 tonnes en 2018 à 1 999,32 tonnes, soit un recul de 51,9%.

Selon la même source, la production halieutique nationale a accusé une baisse de 12,6% en 2019, avec un volume de 109 616 tonnes, contre 125 454 tonnes en 2018.

Dans le détail, la production des pêches de capture a reculé de près de 13% passant de 120 354 tonnes en 2018 à 104 881 tonnes en 2019. Toujours selon l’ONS, ce recul peut s’expliquer par le fait qu’une partie (44,4%) de la flotte est constituée de navires inactifs. Quant à la production aquacole elle a aussi reculé, passant de 5 100 tonnes en 2018 à 4 735 tonnes, soit une baisse de 7,2%.

La quantité disponible à la consommation locale (production – exportation) a atteint 107 616,68 tonnes, soit pour une population résidente de 43,9 millions au 1er janvier 2020, un ratio de seulement 2,5 kg par an et par habitant ! A titre de comparaison, la moyenne de consommation en Afrique est de 10,8 kg par personne et par an. L’OMS en recommande près de 12 kg.

Selon les données de l’ONS, l’Algérie ne compte que 24 thoniers (dont 2 inactifs) et 550 chalutiers soit moins de 10% de la flotte estimée à 5 793 unités dont 44,4% sont des navires inactifs. Le nombre de sardinier a atteint les 1 660 unités en 2019 contre 1 365 en 2018, soit une croissance de 28,7%. Malgré cet apport non négligeable, l’ONS a enregistré une hausse de près de 30% du prix moyen de la sardine entre décembre 2019 et décembre 2020. Et entre 2001 et 2020 le prix moyen de la sardine a connu une hausse de 852 %

Larbi Ghazala

North Africa Energy & Hydrogen Exhibition and Conference
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité