ActualitésInternational

Etats-Unis : ambitieux, Biden veut investir 2000 milliards dans les infrastructures

Le président américain Joe Biden proposera mercredi 31 mars d’investir quelque 2000 milliards de dollars dans les infrastructures, avec l’objectif affiché de créer des millions d’emplois et de relever le défi de la compétitivité face à la Chine.

La première phase de son programme «Build Back Better» («Reconstruire mieux»), qu’il présentera lors d’un discours à Pittsburgh, en Pennsylvanie, détaillera ces investissements étalés sur huit ans. Elle prévoit en particulier d’injecter 620 milliards de dollars dans les transports, permettant de moderniser plus de 32.000 kilomètres de routes et autoroutes à travers les États-Unis.

Le locataire de la Maison Blanche, que Donald Trump avait pour habitude de caricaturer en «Sleepy Joe» (Joe l’endormi), sans idées ni lignes directrices fortes, entend faire de ce dossier l’un des marqueurs de son mandat. Joe Biden «pense que son rôle est d’offrir une perspective audacieuse sur la façon dont nous pouvons investir pour notre pays, pour nos communautés, pour nos travailleurs», a souligné Jen Psaki, sa porte-parole.

Ces investissements gigantesques seraient en particulier financés par une hausse de l’impôt sur les sociétés, qui passerait de 21% à 28%. Selon la Maison Blanche, ce taux resterait, après cette hausse, au plus bas depuis la Seconde Guerre mondiale, à l’exception des années écoulées depuis la réforme fiscale de Donald Trump votée en 2017.

Le début d’une bataille au Congrès

Cette nouvelle offensive législative intervient peu après l’adoption par le Congrès d’un plan de relance centré sur la pandémie de Covid-19, lui aussi chiffré à près de 2.000 milliards de dollars. Seule certitude : le discours de Pittsburgh ne sera que le point de départ d’une âpre bataille au Congrès, à l’issue très incertaine. La majorité démocrate y est en effet étroite et les tractations s’annoncent redoutables.

Les mois à venir mettront à l’épreuve les qualités de négociateur du président démocrate, fin connaisseur des rouages de Washington et «vieux lion» de la politique, selon l’expression de Barack Obama. «Le président veut montrer clairement qu’il a un plan et qu’il est ouvert à la discussion», a souligné un haut responsable de la Maison Blanche. «Mais il ne fera pas de compromis sur l’urgence d’agir» et la nécessité d’être ambitieux pour «ré-imaginer» une «nouvelle économie américaine», a-t-il ajouté.

Le plan prévoit d’amplifier «la révolution des véhicules électriques» avec, par exemple, le passage à l’électricité pour 20% des célèbres bus jaunes de ramassage scolaire. Il vise aussi à rendre les nouvelles infrastructures plus résistantes aux évolutions liées au changement climatique.

Agences

 

 

North Africa Energy & Hydrogen Exhibition and Conference
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité