ActualitésDéveloppement durableOpinion

L’ENTREPRENEURIAT VERT : FACTEUR DE DEVELOPPEMENT DURABLE DU TOURISME ET DE CREATION D’EMPLOIS

А l’instar des autres pays du Monde entier, les experts, scientifiques et les citoyens estiment que le problème de la préservation de l’environnement et de l’écologie dépend largement la survie de l’humanité. Actuellement, la plupart des entreprises quelques soient leurs tailles qui activent dans le domaine de l’environnement traditionnel concentrent plus particulièrement leur attention sur « le comment et le pourquoi devenir plus vertes ». Beaucoup de recherches et d’études ont été consacrés à trouver des moyens appropriés afin d’encourager les entreprises à être plus durables et responsables envers l’environnement et mettre en place une stratégie verte dans leur stratégie globale.

Au cours de cette dernière décennie, des études plus avancées ont mis en évidence le rôle actif des très petites et moyennes entreprises –TPME pour la transformation vers une «économie verte», leur importance d’introduire le développement durable dans le développement stratégique de l’entreprise et l’importance croissante de la demande des consommateurs et des pratiques écologiques dans certaines industries. Tout cela suggère que la perspective dite verte offre souvent l’opportunité à la création et à la croissance des entreprises viables. C’est étonnant que le rôle d’un facteur essentiel dans ces processus ait été négligé jusqu’á très récemment celui de l’entrepreneur.

L’entrepreneur classique travaille à contribuer au changement et à introduire de nouvelles opportunités pour lui-même, mais aussi pour la communauté à laquelle il appartient. Par conséquent, les entrepreneurs verts ont un rôle très important pour le développement durable, la croissance économique et la revitalisation des communautés locales dans les régions sous-développées. L’entrepreneuriat vert est considéré ainsi comme un moteur de développement économique car il génère la création d’entreprises, de nouveaux emplois, encourage la pensée innovatrice verte. Notre intervention présente comment une approche innovante dans un secteur vert « non traditionnel », tel que le tourisme, conduit à la transformation de ce secteur et encourage les entrepreneurs et en particulier les jeunes à investir dans le business vert qui génèrera des emplois verts et durable.

Le tourisme vert c’est quoi ?

 Par définition, le tourisme est une industrie qui vise non seulement à apporter du bien-être et des loisirs aux citoyens, mais sa mission englobe aussi la préservation de la richesse naturelle.

Le développement du “tourisme vert” dans le monde est encouragé ces dernières années par le changement dans la demande touristique – Actuellement, les touristes recherchent des produits dits « verts », durables et surtout sans influence nocive sur la nature et répondent à la nécessité de préserver la biodiversité. Le tourisme est une activité importante pour l’économie d’un pays et en croissance rapide ces dernières années, avec un impact social, culturel et environnemental et qui contribue pleinement au développement et à l’intégration économique et sociale. Son rôle est important pour le développement surtout pour des zones dites « rurales et montagneuses », les régions côtières, les îles, les régions périphériques et ultrapériphériques. Le rôle du tourisme pour la croissance économique en Algérie est d’une très grande importance à l’avenir, plus de la moitié du pays possède un grand potentiel de ressources pour le développement du tourisme, dont le potentiel le plus inexploité vise le tourisme vert.

Le développement du tourisme vert dans toutes ses formes de tourisme durable est essentiel pour atteindre les objectifs de la stratégie nationale pour le développement durable du tourisme en Algérie d’ici 2030. Le tourisme vert contribue à l’exploitation des ressources sous-utilisées dans de nouvelles régions du pays et en même temps à développer la responsabilité des communautés locales pour la conservation du patrimoine naturel et culturel tout en exerçant un contrôle local sur le développement du tourisme dans les communautés locales afin de créer de nouvelles opportunités d’investissement pour générer des ressources supplémentaires et le bien-être de la population local, de plus, le tourisme vert a le potentiel de créer de nouveaux emplois verts.

De nombreuses initiatives internationales visant à promouvoir la durabilité environnementale et les emplois verts sont actuellement développées. La mise en œuvre de nouvelles politiques cohérentes au service de la création d’emplois de qualité dans une économie plus verte sont en cours de mise en place. Le tourisme durable n’est pas un «produit», il s’agit d’une approche à toutes les formes touristiques, des cinq étoiles aux îles, tour-opérateurs et autres. Beaucoup de touristes internationaux sont prêts à payer plus pour favoriser les entreprises qui travaillent pour le bénéfice de la conservation de la communauté et de la biodiversité locale.

De plus, le tourisme vert a le potentiel de créer de nouveaux emplois verts. Le voyage et le tourisme nécessitent d’importantes ressources humaines et emploient directement et indirectement 8 % de la main-d’œuvre mondiale. On estime qu’un emploi dans le tourisme de base crée environ 1,5 emplois supplémentaires (ou indirects) dans l’économie liée au tourisme. L’“écologisation“ du tourisme, qui vise l’amélioration de l’efficacité des systèmes énergétiques, des ressources en eaux et de gestion des déchets, devrait renforcer le potentiel d’emploi de ce secteur avec augmentation de l’embauche locale et le sourcing et d’importantes possibilités dans le tourisme orienté vers la culture locale et l’environnement naturel. D’une autre part, la nécessité de créer des formes vertes du tourisme est déterminée par le changement de la demande touristique et la forte orientation vers l’écotourisme vert.

Le touriste qui veut pratiquer «un tourisme vert » a une prise de conscience plus développée de l’utilisation durable et respectueuse de l’environnement dans lequel existe une harmonie entre le paysage naturel et l’urbanisation, dont on a la possibilité d’en profiter pleinement. Ce profil de touristes souhaite établir de nouveaux contacts avec la population locale. Ils veulent être bien reçus et acceptés, souhaitent s’intégrer dans de nouveaux environnements, connaitre la culture de ces régions, etc…. Pour offrir les services touristiques qui sont recherchés et pour répondre à la nécessité de préserver la biodiversité, en exerçant de faibles effets nocifs sur l’environnement, le secteur privé et en particulier les très petites moyennes entreprises, doivent être mobilisées pour soutenir le tourisme vert en Algérie.

Les dispositifs d’aide à la création d’entreprise mis en place par les pouvoirs publics, ANADE, CNAC, ANGEM, Startups, sont une opportunité à saisir pour nos jeunes qui souhaiteraient créer leur propre entreprise verte dans ce secteur d’activité très porteur.

ENTREPRENEURIAT VERT EN FAVEUR DE LA DURABILITÉ ENVIRONNEMENTALE, DE L’ÉCONOMIE VERTE ET DE LA CROISSANCE VERTE.

Le “verdissement“ du secteur du tourisme devrait être au premier plan de la politique nationale pour un développement durable. Ceci peut être réalisé par l’adoption de solutions dites innovantes, créatrice de richesse et surtout d’emploi vert durable pour économiser les ressources de notre pays.

Le secteur touristique implique un large éventail d’acteurs. La prise de conscience du tourisme vert existe principalement dans une sélection d’entreprises de grande taille. Les petites entreprises sont pour la plupart en dehors de cette sphère et les groupes de fournisseurs divers ne peuvent pas être reliés à tous. La majorité des entreprises de tourisme sont des PME ayant le potentiel pour générer des revenus plus élevés et la possibilité de créer des stratégies.

Le facteur le plus limitant à leur “verdissement “ est cependant le manque d’accès au capital. Les dépenses publiques du gouvernement pour les zones protégées, les biens culturels, la conservation de l’eau, la gestion des déchets, l’assainissement, le transport public et l’infrastructure pour les énergies renouvelables peuvent réduire le coût des investissements verts dans le secteur privé par le tourisme vert. Le gouvernement peut aussi utiliser des allégements fiscaux et des subventions pour encourager l’investissement privé dans le tourisme vert. Des subventions peuvent être versées en faveur de projets qui contribuent à la réduction les déchets, qui encouragent l’efficacité énergétique et qui améliorent l’efficacité de l’utilisation de l’eau, de la conservation de la biodiversité et le renforcement des liens avec les entreprises locales et les organisations communautaires.

L’encouragement des «emplois verts» en Algérie doit se faire par la subvention de l’emploi des jeunes chômeurs aux emplois verts, la relance sera différenciée afin de promouvoir les « emplois verts » de qualité. Un soutien efficace sera fourni par la mise en œuvre des mesures visant à contribuer à certaines charges des employeurs et à supporter les groupes vulnérables sur le marché du travail, en particulier pour l’assistance sociale des chômeurs. La création des incitations pour les employeurs dans l’économie verte va encourager la création de nouveaux emplois

Il n’existe pas de définition unique des «emplois verts». Les emplois verts comprennent tous les emplois qui dépendent de l’environnement ou qui sont créés dans ce cadre.

Les employés dans des secteurs tels que le tourisme devront également comprendre les principes de protection de l’environnement et la conservation de l’énergie, du point de vue macroéconomique l’appellation “ emplois verts» est moins importante, mais la manière de les caractériser comme «vert» peut aider à mieux comprendre la caractéristique principale du processus de transformation et les défis qui en découlent.

Les industries dites «vertes» traditionnelles comprennent à titre d’exemple : le recyclage, la gestion des déchets, la gestion du traitement de l’eau, la gestion des parcs naturels par contre les industries vertes “plus nouvelles” comprennent le transport, la construction, adaptée aux changements de la nouvelle législation sur l’environnement en termes de carburant utilisé, les émissions et les règles de construction.

LA STIMULATION DE L’ENTREPRENEURIAT VERT PAR L’INTRODUCTION de «DAR EL KHADRA »

La période de crise que traverse actuellement notre pays, a entrainé malheureusement la suppression de nombreux emplois dans les différents secteurs d’activités, les mécanismes du marché actuel ne suffisent pas à créer des emplois.

Pour permettre aux Algériens de profiter de leurs vacances choisies sont vraiment «vertes», il y a lieu d’instaurer des normes internationales pour l’écotourisme, un organisme ou une association pour le tourisme habilité à délivrer le certificat « Dar El Khadra », construite avec des matériaux naturels et sains et son fonctionnement ne nuit pas, ou vraiment peu, à l’environnement.

Ce certificat est généralement accordé aux petits hôtels familiaux, qui prennent soin de minimiser l’impact de son activité sur l’environnement et d’offrir aux touristes une expérience merveilleuse, leur faisant connaître la façon de vivre “vert” en respectant bien entendu la nature et en même temps partageant les traditions locales, les coutumes et la gastronomie, se familiarisant aux sites naturels et culturels.

La certification vise à encourager la création des conditions d’un tourisme vert dans tout le pays. Le principe de sa philosophie repose sur l’utilisation de «l’énergie propre et verte» dans la prestation des services touristiques, la réduction des émissions et de l’utilisation de combustibles de types obsolètes. Utiliser des sources d’énergies renouvelables pour la production de l’eau chaude, le chauffage au bois et à l’électricité est activé, pour le chauffage avec des pellets – les déchets bois, avec faibles émissions atmosphériques. Un système d’utilisation de l’eau de pluie pour un usage domestique fonctionne dans les hébergements. «Dar El Khadra » est une marque de qualité qui s’offre aux hébergements choisis pour leur accueil chaleureux, sincère et pour son activité économique qui prend soin de la nature. Le certificat « Dar El Khadra » est attribué aussi aux maisons d’hôtes surtout au Sud de notre pays pour un hébergement de qualité. Pour attirer des touristes nationaux ou étrangers qui reviendront, il faut les faire tomber amoureux de l’endroit où ils étaient. Ceci peut favoriser les habitants de l’endroit à faire aimer et connaître leur région natale et peuvent également en faire découvrir ses secrets, de sorte de la faire apprécier.

Les propriétaires -jeunes entrepreneurs des “Dar El Khadra” connaissent mieux leur région, leur communauté et son patrimoine et sont en mesure de faire découvrir aux clients la beauté du Sud, de la campagne environnante, le charme des coutumes et des particularités de la cuisine locale traditionnelle. Ils prennent soin de leur participation à économiser les ressources naturelles, à éviter la pollution et encourager les visiteurs à voyager de façon responsable dans le respect de la nature.

La mise en œuvre de ce système de certification garantira l’amélioration de la qualité du produit touristique offert au client, contribuera à la conservation de l’environnement et des conditions socio-économiques pour les communautés locales. La création et la flexibilité des très petites moyennes entreprises dans ce cas dans le cadre des différents dispositifs initiés par les pouvoirs publics –ANADE-ANGEM-CNANC peuvent être un bon exemple de réussite pour d’autres sites touristiques.

Il est temps qu’en Algérie, les sites d’hébergement commencent à travailler sérieusement dans cette direction et à montrer leur responsabilité environnementale et sociale. «Dar El Khadra» met en œuvre l’un des éléments du développement durable. Les hébergements sont situés surtout dans les villages montagneux ou de collines, des zones qui sont faiblement développées économiquement et dont la principale occupation de la population est liée à l’agriculture et à l’élevage. Des efforts en continus de la part des pouvoirs publics sont indispensables pour promouvoir la certification “Dar El Khadra” parmi la population et les jeunes entrepreneurs-femmes et hommes, principalement dans les régions montagneuses et vierges où il manque de travail est important.

Pour adhérer au développement durable et encourager la création d’entreprise verte en Algérie, et à titre d’exemple en hiver, les « Dar El Khadra » doivent être chauffées par des chaudières à vapeur alimentées par des granulés issus de la biomasse, des déchets de bois. « Dar El Khadra » devront être pour la plupart équipées de bacs pour le tri des déchets.  Ainsi, les jeunes propriétaires de « Dar El Khadra » transportent uniquement les déchets de papier et de verre dans les stations de traitement et ceux d’origine organique sont compostés par des très petites entreprises au profit de l’agriculture. Dans chaque chambre, il y a des conseils donnés aux clients pour réduire l’empreinte environnementale de leurs vacances, cette façon de procéder va encourager la mise en place des bonnes pratiques environnementales.

« Dar El Khadra » constituera sans aucun doute, une opportunité pour les jeunes futurs entrepreneurs pour créer leur propre emploi vert et créer de la richesse dans leurs communautés en créant des emplois en parallèles surtout les femmes.

Mourad Bergheul

Expert, consultant formateur facilitateur En entrepreneuriat vert

Président de la commission –formation et entrepreneuriat vert /association des femmes en économie verte.

North Africa Energy & Hydrogen Exhibition and Conference
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité