ActualitésNationale

Iman Hill à AI : L’accès à une énergie abordable, fiable et polyvalente, est essentiel pour améliorer la vie de milliards de personnes

Dans une interview exclusive à Algérie Invest, Mme Iman Hill (1), directrice générale exécutive de l’IOGP (International Association of Oil & Gas Producers), qui rassemble les sociétés pétrolières les plus prestigieuses du monde, nous parle du soutien de son organisme aux entités membres. Entre autres missions, IOGP s’attelle à mettre en pratique « les principes directeurs sur le méthane », et ce depuis 2018, qui est en fait une feuille de route pour réduire la pollution due aux hydrocarbures. Pour ce faire, un guide, appelé « Sustainable Reporting Guidance » a été réalisé par les soins de IOGP en 2020 et qui contribuera à réduire l’empreinte carbone des opérations en amont dans le monde. 

Propos recueillis par Mahmoud Nedjai

Pouvez-vous nous parler du rôle de l’IOGP dans cette nouvelle ère énergétique ?

Je dois signaler que les membres de l’IOGP soutiennent les transitions énergétiques de différentes manières en réduisant les émissions dans leurs propres opérations ; en fournissant une énergie plus propre et en développant des technologies à faible émission de carbone telles que l’utilisation et le stockage du captage du carbone (CCUS) et l’hydrogène propre. L’IOGP soutient ses membres dans tous ces efforts. Pour vous donner quelques exemples : le ‘’Engineering Leadership Council’’ de l’IOGP dirige une initiative visant à contribuer au programme Low Carbon avec des normes d’ingénierie, et le partage et la collaboration des opérateurs, afin de développer un portefeuille de livrables liés à l’électrification, au torchage et à la ventilation ; au captage et au stockage du carbone. L’IOGP est une organisation de soutien aux ‘’Principes directeurs sur le méthane’’ depuis 2018 et contribue avec une gamme de directives de bonnes pratiques, y compris des directives pour l’établissement d’objectifs d’émissions de méthane et d’autres programmes. Pour ce faire, nous avons réalisé un guide appelé « Sustainable Reporting Guidance » publié en 2020, qui contribuera à réduire l’empreinte carbone des opérations en amont dans le monde.

Quelle est votre vision de ce que devrait être la coopération internationale dans le secteur O&G ?

L’un des principaux atouts de l’IOGP est de rassembler l’industrie pour partager son savoir-faire et ses meilleures pratiques. La pandémie mondiale actuelle n’est que l’un des nombreux exemples où l’IOGP amène des experts du monde entier à la table – actuellement virtuelle. Le comité mixte de santé IOGP / IPIECA soutient les opérateurs pétroliers et gaziers et les fournisseurs de services du monde entier en leur fournissant des conseils sur les tests, la vaccination, la gestion de la pandémie et le bien-être. Et en plus nous travaillons ensemble pour aboutir à des résultats tangibles comme c’est le cas aujourd’hui.

Par exemple ?

Par exemple le programme JIP 33 sur la normalisation des spécifications d’équipements pour l’approvisionnement, lancé en 2016 avec le soutien du Forum économique mondial. Il s’agit d’un programme qui offre de nombreux avantages en termes de coûts et de calendrier à l’industrie notre programme conjoint de l’industrie. Il ne faut pas omettre que nous étions confrontés à des coûts et de calendrier de l’ordre de plus de 40% pour les projets d’immobilisations à l’échelle de l’industrie. Cela n’était pas acceptable en 2016, et serait encore pire dans les circonstances actuelles. Historiquement, les opérateurs pétroliers et gaziers demandent aux fournisseurs de livrer, selon un ensemble différent, des exigences pour chaque commande – souvent des centaines de pages. Les spécifications peuvent être différentes même pour les projets de la même entreprise. C’est incroyablement inefficace. En normalisant les spécifications utilisées pour l’achat des équipements, la chaîne d’approvisionnement peut devenir plus efficace, plus rapide et moins chère ; ce qui est extrêmement important pour les pays qui travaillent à la construction d’une chaîne d’approvisionnement locale, efficace. Je suis heureuse qu’avec JIP 33, l’IOGP puisse y contribuer de manière significative. La normalisation aide à donner vie à des projets qui, autrement, ne seraient pas viables. Moins de coûts, moins de retouches, des réponses plus rapides, moins de risques de développement de projets grâce à moins de variations, des temps de cycle de projet réduits – ces facteurs font la différence.

En théorie, le marché O&G vit par la simple règle de l’offre et de la demande, alors comment expliquez-vous qu’à une époque où la demande n’a jamais été aussi élevée, le marché a encore du mal à décoller ?

Certes, la demande mondiale d’énergie est énorme. L’accès à une énergie abordable, fiable et polyvalente, est essentiel pour améliorer la qualité de vie de milliards de personnes. Actuellement, près de 800 millions de personnes – principalement en Afrique subsaharienne – vivent sans accès à l’électricité, et des centaines de millions d’autres n’ont accès qu’à une électricité très limitée ou peu fiable. Des milliards de personnes n’ont pas accès à du combustible de cuisine propre. Ce challenge augmentera avec une population croissante, et le pétrole et le gaz restent l’épine dorsale de l’approvisionnement énergétique mondial pour une bonne période. Nous devons démontrer que nous travaillons à un avenir plus sobre en carbone et que nous contribuons aux objectifs de développement durable de la communauté internationale. Le problème est que la perception du public n’est pas toujours alignée sur les faits. Cela a des conséquences graves telles que le manque de soutien politique ou celui des investisseurs. Nous devons bien comprendre les faits. L’un des rôles clés de l’IOGP est d’améliorer la compréhension des contributions de l’industrie pétrolière et gazière.

Comment voyez-vous le rôle joué par l’Algérie dans cette vision ?

En regardant notre dernier rapport sur la production mondiale, l’Algérie est dans une position excellente en tant que premier producteur de gaz en Afrique avec un indicateur de production supérieur à 200, c’est-à-dire que le pays peut exporter plus de 50% de sa production nationale. En revanche, la production de pétrole a diminué de plus de 20% de 2008 à 2018. Pour le continent, la production intérieure restera essentielle car la demande est en hausse. Entre 1975 et 2018, la demande de pétrole en Afrique a presque quadruplé, passant de 1 million de barils par jour à un peu moins de 4 millions de barils par jour, signe de croissance économique du continent et de hausse du niveau de vie.

Sonatrach est l’une des rares sociétés O&G à avoir maintenu ses investissements, ses quotas de production et ses emplois pendant cette pandémie. Le cas algérien peut-il servir de modèle à la communauté d’affaires O&G ?

Mes félicitations à Sonatrach pour sa vision à long terme, en particulier la création d’emplois en des temps très incertains. Pour moi, il y a trois facteurs clés de succès. Premièrement, un régime fiscal et réglementaire stable. C’est l’un de nos principaux domaines de soutien pour nos membres: aider à rassembler les parties prenantes du monde entier pour améliorer la compréhension des bonnes pratiques. Nous soutenons le développement d’associations nationales de l’industrie pétrolière (NOIA), servant d’expert en amont pour les décideurs et les régulateurs et éduquant les parties prenantes sur divers aspects des activités en amont. Deuxièmement, l’IOGP s’efforce d’améliorer les performances HSE du secteur depuis près de 50 ans. Nous publions jusqu’à 40 documents d’orientation chaque année dans des domaines tels que l’accès aux ressources, les rapports sur la performance environnementale, les sons marins, la biodiversité et les services écosystémiques, le méthane, l’efficacité énergétique et plus encore. Troisièmement, une chaîne d’approvisionnement efficace, rentable et agile : l’industrie pétrolière et gazière est confrontée à divers défis. Les prix du pétrole ne sont toujours pas entièrement récupérés, de nombreux opérateurs ont dû licencier du personnel.

La pandémie n’a-t-elle pas freiné vos efforts de réduire le carbone dans l’air ?

Au contraire. La pandémie a, à juste titre, mis en évidence la nécessité d’accélérer nos efforts pour lutter contre le changement climatique. Comme je l’ai dit, l’IOGP soutient ses membres dans ce cheminement de plusieurs manières. Par exemple, avec l’OGCI, nous travaillons sur les pratiques recommandées pour la détection des émissions de méthane. Nous allons également achever une directive sur la gestion du torchage avec le ‘’Partenariat mondial pour la réduction du torchage du gaz (GGFR)’’ de la Banque mondiale, qui sera pertinente pour les gouvernements, les organismes de réglementation ainsi que l’industrie pétrolière et gazière.

Le lithium est une ressource naturelle limitée, selon les experts, il n’y a que 10 ans d’approvisionnement de ce minéral sur terre, mais pourtant les passionnés de voitures électriques plaident fortement pour une conversion mondiale des voitures à essence en voitures électriques. Ce qui a particulièrement affecté l’avenir du secteur O&G, et l’incertitude accrue qui l’entoure. Comment voyez-vous l’avenir de l’industrie O&G ?

Encore une fois, le pétrole et le gaz joueront un rôle clé dans la satisfaction de la demande d’énergie dans les décennies à venir. En plus de cela, les hydrocarbures sont une ressource principale pour de nombreux articles de la vie quotidienne, pour les équipements médicaux, les engrais, etc. Si nous parvenons à produire ces hydrocarbures avec la plus petite empreinte environnementale, et en même temps, le plus rentable possible, je vois un avenir prometteur pour notre industrie. Nous ne devons pas non plus oublier que l’industrie pétrolière et gazière, avec sa main-d’œuvre hautement qualifiée et talentueuse, ses compétences en gestion de projet, son orientation technologique et son pouvoir d’investissement, est un contributeur et un moteur clé du voyage vers des sources d’énergie renouvelables devenant plus fiables et plus économiques. L’investissement dans des projets de combustibles fossiles crée des flux de trésorerie qui peuvent ensuite être investis dans des projets de partenariat entre les majors pétroliers et les fournisseurs d’énergie renouvelable.

A. N.

(1) L’IOGP a nommé Iman Hill en tant que nouvelle directrice exécutive à compter du 1er décembre 2020 pour un mandat de cinq ans. Ingénieur pétrolier avec plus de 30 ans d’expérience mondiale dans l’industrie pétrolière et gazière, Mme Hill a une vaste expertise dans les aspects techniques et commerciaux de l’activité pétrolière. En particulier le développement de champs, les projets d’immobilisations et les opérations de production. Elle a occupé des postes de direction chez BP, Shell et BG, entre autres. Son expérience a été acquise au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et de l’Ouest, en Amérique du Sud, en Extrême-Orient et en mer du Nord dans divers contextes, des eaux terrestres aux eaux ultra-profondes. Elle est égyptienne et mère de cinq enfants.

 

 

 

 

North Africa Energy & Hydrogen Exhibition and Conference
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité