ActualitésDéveloppement durableNationale

M. Hakim. J Aberkane, manager général à Anderson Logistique : «Eexpress est un véritable VTC de transport de marchandises»

Aux commandes d’Anderson Logistique, des cadres dirigeants déterminés. En point de mire : la première place en Algérie en matière de logistique. Dans cet entretien, M. Aberkane affirme que le service Andersson Logistique est intégral et unique dans le pays. Durant 24 ans d’exercice de l’activité, tous les maillons de la supply chain ont été développés : transport exceptionnel, frigorifique, lourd, léger, entreposage, gestion de stock, distribution directe, export…jusqu’à l’application mobile Eexpress. Le défi aujourd’hui est de développer encore plus de services logistiques mais aussi interconnecter les clients nationaux et internationaux, en se déployant dans toute la région Afrique du nord et bassin méditerranéen, à l’horizon 2029.    

Entretien réalisé par : Hakima Laouli

Algerieinvest : Anderson Logistique existe depuis près de 24 ans. Quel est votre positionnement actuel sur le marché national? Quelles sont vos ambitions à l’international ?

M. Hakim. J Aberkane : Le marché du transport de marchandises est atomisé. Des milliers de transporteurs se le partagent. Ce qui fait qu’en termes de part,  il est pratiquement impossible de se situer. En revanche, lorsque l’on parle de la chaîne logistique, nous avons développé, durant toutes ces années, tous les maillons de la supply chain, ce qui fait que notre offre est complète et incontournable sur ce marché : transport exceptionnel, frigorifique, lourd, léger, entreposage, gestion de stock, distribution directe, export, gestion de TC, gestion de plateforme logistique exclusive et multi-clients, E-commerce, express, groupage, derniers kilomètres… la liste est encore longue, c’est ce qui nous différencie, c’est notre marque de fabrique. Aujourd’hui, nous pouvons affirmer que notre service est intégral et unique en Algérie.      

Notre vision consiste à développer encore plus de services logistiques et d’interconnecter nos clients nationaux et internationaux, en nous déployant dans toute la région Afrique du nord et bassin méditerranéen, à l’horizon 2029.    

Vous avez lancé la plateforme numérique Eexpress en 2021. A-t-elle favorisé le développement de l’activité ?

Le lancement de l’application de transport s’est fait dans le sillage de la digitalisation de notre entreprise.               Eexpress est un véritable VTC de transport de marchandises qui permet en un clic de mettre instantanément en relation, un utilisateur (entreprise, commerçants, particulier…et autres) avec un transporteur. Au-delà de l’aspect commercial, nous voulons relier une multitude de transporteurs, isolés dans le pays, avec des besoins qui souvent ne sont pas satisfaits facilement ou pas du tout. Le côté utile et social, si j’ose dire, est prépondérant. Démocratiser les pratiques du transport (tarifs, usages…) et surtout donner la chance à des jeunes de s’en sortir et de gagner leur vie. Techniquement, des utilisateurs et des transporteurs téléchargent l’application Eexpress sur Google Play et App Store et lorsqu’un utilisateur exprime un besoin, un prestataire, n’importe où sur le territoire, est notifié automatiquement.        

Vous avez fait état précédemment d’indisponibilité de matériels roulants. Ne pensez-vous pas que c’est un problème qui pourrait être résolu prochainement à la faveur des nouveaux textes sur l’industrie automobile ?

Apparemment, les choses devraient rentrer dans l’ordre cette année, je ne sais pas si notre secteur (poids lourd/léger) est concerné. Selon les pouvoirs publics, nous allons vers un dénouement   

Qu’en est-il des contraintes d’ordre fiscal ?

L’environnement dans lequel nous évoluons et c’est le cas de nombreux secteurs d’activités, est miné par l’informel, de telle sorte que la concurrence devient déloyale. D’un côté, vous avez des acteurs qui travaillent dans l’informel à 100%. De l’autre, des entreprises qui peinent à faire face à leurs obligations fiscales. Ce déséquilibre fait que la pression fiscale s’oriente naturellement vers les entreprises visibles et citoyennes.         

Quels sont vos projets à venir ?

Nos projets sont multiples, stratégiquement et de façon visionnaire, nous voulons industrialiser la logistique dans notre pays, être précurseurs, innovateurs, plus que d’être les premiers. Nous voulons accompagner notre économie, mettre l’homme au cœur de notre développement. Influencer positivement notre environnement, en donnant l’exemple par nos actions citoyennes et en promouvant un modèle de bonne gouvernance, mais surtout, en accompagnant les changements dans notre société.       

H. L.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité